Analyses d'ouvrages

2011 : Critique de la société de l'information

critique_sicoord. par Jean-Paul Lafrance, Paris, CNRS Editions, 2009. - 182 p. - (Les Essentiels d'Hermès, ISSN 1967-3566). - ISBN 978-2-271-06922-1 : 8 €

Analyse publiée dans : Documentaliste, sciences de l'information, 2011, vol. 48, 2, 76.

Lancée en octobre 2008, la collection Les Essentiels d'Hermès dirigée par Dominique Wolton cherche à aborder d'une autre manière la recherche contemporaine. Comme l'indique la présentation générale de la collection, « chaque ouvrage aborde un thème précis avec pour objectif de donner au lecteur les clés intellectuelles pour comprendre les travaux scientifiques de ce domaine ». En effet, chaque numéro reprend les articles les plus percutants publiés depuis 1988 dans la revue Hermès, accompagnés d'une présentation inédite et actualisée, d'un glossaire et d'une bibliographie sélective.

Ce numéro est donc fidèle à la philosophie de la collection, et reprend plusieurs articles parus en 2004 dans le n° 39, Critique de la raison numérique, et dans le n° 45 de 2006 consacré au thème de Fractures dans la société de la connaissance. Sept auteurs sont réunis ici, dont certains sont connus des documentalistes : Dominique Cardon, Henri Hudrisier, Jacques Perriault, Pascal Petit, Alain Rallet, Caroline Rizza, et enfin Dominique Wolton. Ils débattent de thèmes aussi variés que la blogosphère, la fracture numérique, l'économie de la communication, la diversité culturelle et linguistique d'Internet.

En guise de présentation générale, Jean-Paul Lafrance qui coordonne cette publication et qui est rattaché à l'Université UQUAM à Montréal, cherche à rendre plus concrètes et plus parlantes les notions générales de « société de l'information », de « société de la connaissance » ou simplement celle d'« information », jugeant cette dernière très ambiguë. Il signale un paradoxe : le fait que « les difficultés de communiquer seront un des traits majeurs de la société de l'information ».

Parmi ces contributions, certaines attirent plus particulièrement l'attention, notamment les réseaux sociaux traités d'une part par Dominique Cardon dans « Le rôle du citoyen dan la blogosphère », et du même Jean-Paul Lafrance dans « Les réseaux sociaux ». Le Web 2.0 que ce dernier qualifie de « participatif » présente quatre visages :

  • - des canaux de diffusion d'information libres de tout contrôle éditorial;
  • - des aires de discussion permettant de partager des informations;
  • - la possibilité de créer des réseaux personnels, professionnels, amicaux...;
  • - la création de plateformes permettant les échanges rapides d'information.

Même si un sentiment d'appartenance à ces réseaux se crée avec le temps, D. Cardon souligne plutôt un type de « relations en pointillés ». Ces réseaux montrent aussi le degré de solitude dans une « société anonyme ». Concernant la frontière vie privée/vie publique qui engendre beaucoup de débats, ces auteurs voient plutôt un « clair-obscur » se dessiner.

Henri Hudrisier insiste sur la nécessité d'adaptation d'Internet au multilinguisme et le fait que les grands organismes de normalisation tels l'ISO ou W3C ont permis de construire un univers multimédia. Il donne plusieurs exemples de langues asiatiques comme le japonais qui pose des questions complexes de transcription, de codage.

Jacques Perriault parle de la « norme comme instrument d'accès au savoir en ligne » : par « savoir en ligne », il veut dire des cours, bases de données documentaires, revues scientifiques, bibliothèques électroniques, mais également des sites personnels, du chat , des blogs, des wikis... Selon lui, « les documentalistes ont été les pionniers de la mise en ligne des savoirs », ce qui mérite d'être relevé.

Enfin, pour Dominique Wolton, « une société de la communication est plus qu'une société de l'information ». Tout a changé dans le monde actuel : les techniques, l'économie, la société elle-même avec la multiplication des moyens de communication (terrestres, mais aussi technologiques). Il préconise de se sortir de la fascination des outils et de repenser la communication.

Cette analyse est évidemment très partielle, au vu de l'ensemble des contributions, très riches. L'ouvrage dans son ensemble tend à montrer que cet Essentiel d'Hermès n'est pas seulement une critique de la société de l'information, mais également une défense de celle-ci.

cop. Jean-Philippe Accart - Novembre 2011

 

{

Abonnement

Recevez chaque mois par mail l’Edito et les mises à jour du site. Entrez votre adresse e-mail:

Nom:
Courriel: